POUR UNE NOUVELLE ORGANISATION DU TRAVAIL SOCIALEMENT ANTICIPEE

La colère gronde dans le microcosme notarial.
De nombreux collaborateurs voient leur statut voire leur emploi menacés.
CETTE SITUATION EST INTOLERABLE. Jamais la profession notariale n’aurait dû abandonner ces salariés chevronnés, parfaitement formés par elle.
Une révision de la convention collective s’impose face à la nouvelle organisation des offices issue de la loi MACRON. La fin des anciens clercs habilités doit être actée avec un traitement social adapté. Les classifications des cadres sont à revoir.
Le critère de la réception de la clientèle apparait passéiste. Que l’on souscrive ou non au Plan National d’Actions, l’ère du tout numérique s’installe. Le Congrès des Notaires de NANTES marquera le lancement officiel de la visio-conférence pour les offices.
Les modalités d’échange évoluent. A l’heure des gains de productivité », le déplacement n’est plus la règle. La relation clientèle ne passera plus forcément par un rendez-vous. La visio-conférence permettra une réunion de travail à propos d’un acte avec un client confortablement installé dans son salon.
Les nouveaux outils vont modifier de nombreux métiers du Notariat.

IL FAUT ANTICIPER.
FORMER LES COLLABORATEURS, LEUR PROPOSER UNE CONVERSION.
DES CARRIERES DANS LE NOTARIAT SONT POSSIBLES.
IL APPARTIENT AUX PARTENAIRES SOCIAUX :

  • De lister les métiers et les personnels correspondants,
  • D’anticiper l’évolution des métiers (la fin du stockage des minutes de l’office, téléactes…),
  • Prévoir l’émergence de nouveaux métiers (retour de la négociation immobilière, le développement de services en conseils patrimoniaux,.. positionnement en droit de l’entreprise avec une réorientation de certains services formalités…),
  • Se donner les moyens de former les collaborateurs aux nouveaux métiers. La profession dispose d’organismes pour ce faire.
IL EST DE LA RESPONSABILITE DE LA PROFESSION :
  • de ne pas grossir le nombre des chômeurs en préférant le recrutement de jeunes collaborateurs formés à l’extérieur, plutôt que d’accompagner la conversion de salariés dévoués, disposant d’une culture d’entreprise notariale,
  • d’offrir un avenir à ses recrues.